Il s'agit d'une nouvelle qui avait été retenue par le fanzine Monk pour son n°5, qui devait être consacré au thème du masque...Malheureusement, Monk à cessé de paraitre après le n°4     
Voici donc ce texte qui s'apparente à la fantasy...

masques

      Au dessus des marais qui s’étendent au Sud-ouest de la cité de Carmina, certaines nuits où la lune est pleine et le temps froid, dansent les masques vierges, ceux qui n’ont jamais eu de contact avec les humains. Pour celui qui les aperçoit, ce sont de petites formes changeantes, légères et irisées, qui volent à quelques pieds du sol. Les chasser est difficile et dangereux, celui qui s’y essaie risque d’être englouti par les eaux mortes, d’autant plus qu’il ne peut s’éclairer, toute lumière autre que lunaire ferait fuir les jeunes masques. Il doit affronter la froidure, immobile, et attendre que l’un d’eux, suivant un obscur instinct, se pose sur son visage.

       Gaël fut de ceux-là. Il en avait entendu parler dans la ville basse, dans certaines tavernes où des hommes sans âge vous livrent ce genre de secret, contre quelques coupes d’alcool. Dans des quartiers où, dit-on, certains habitants ne descendent pas d’êtres humains, où dorment des mystères bien plus anciens que les remparts de Carmina. Il réussit à capturer un masque le quinzième jour du mois des vents, quand l’air commence à devenir vif et les jours de plus en plus courts. La créature n’était pas froide et gluante comme il s’y était attendu. Au contraire, lorsqu’elle vint se déposer doucement sur lui, s’affiner et s’étendre pour épouser parfaitement la forme de sa peau, elle le réchauffa. C’était un être vivant qui palpitait et lui communiquait une force inconnue, non pas une proie ravie à son état sauvage, mais un invité avec qui s’établissait une osmose volontaire. Heureux d’en finir avec son immobilité glacée il se mit à courir vers la cité.

Le jour qui se levait lui révéla, à travers la membrane translucide qui recouvrait ses yeux, une vision nouvelle aussi. L’aube avait une luminosité particulière, et les décors quotidiens sans intérêt jusque là, le moindre vieux pan de mur, la moindre poutre, lui apparaissaient sous des aspects esthétiques qu’il ignorait, et qui se transformèrent encore lorsque le soleil vint les frapper, en des explosions de couleurs.

Les rues étroites de la ville basse retentissaient déjà des cris des commerçants, des imprécations des prédicateurs divers (Il y avait tellement de cultes, publics ou secrets, à Carmina !), des soldats fendaient la foule sans ménagement. Soudain, au détour d’une échoppe, deux garçons de son âge firent ironiquement une révérence à Gaël. Leurs visages étaient couverts du même masque blanc nacré qu’il portait lui-même.

          - Bienvenue, Monseigneur, dans le monde des masques, lui dit l’un d’eux en souriant.

         - Etonné, mon bon Monsieur ? Dit l’autre. Tu croyais être le seul ? Alors apprend une première chose : seul celui porte un masque peut reconnaître les autres masqués. Pour le reste de la population, nous avons des visages ordinaires…Et si extraordinaires aussi !

        - Oui, répondit Gaël, je sais que les masques ont un pouvoir de fascination sur les autres.

        - Bien sûr que tu le sais…sinon tu n’aurais pas pris des risques pour en acquérir un ! Le rendez-vous des masques blancs, c’est sur la place où se tient le marché aux herbes…Sous les remparts de la ville moyenne!

         C’est là que nous nous nous mettons d’accord, afin que nos pouvoirs de séduction ne s’opposent pas les uns aux autres, ce qui serait fâcheux pour tous !

        Tout en gravissant les rues qui montaient vers le marché aux herbes, il pensait à sa nouvelle capacité de séduire, à toutes les jeunes filles de Carmina auxquelles il n’osait même pas rêver…Lila ! Lila la blonde, la fille du verrier. Elle qui avait tant de prétendants…Elle pourrait être à lui !

        Sur la place en effet, il repéra vite des groupes de masques qui discutaient, à l’écart. On le salua, discrètement, au milieu de la foule ignorante. Levant les yeux, il aperçut comme un éclat, là-haut, sur les remparts de la Ville Moyenne, deux habitants des quartiers riches qui les observaient. Le soleil avait resplendit sur leurs masques dorés. Mais autour de Gaël, tous les masques étaient blancs.

       - Tiens ! Voila quelqu’un de nouveau dans notre confrérie ! S’écria une voix féminine à coté de lui.

       Il n’en croyait pas ses yeux: cette fille masquée, vêtue d’une robe rouge et verte à rubans, comme en portent les plus aisées de la ville basse, n’était autre que la délicieuse Lila ! Lila qui jusque là, entourée de ses galants, n’avait jamais daigné lui accorder la moindre attention.

       - Tu me dévisages, continua-t-elle en souriant, m’aurais-tu déjà remarquée auparavant ?

       Bouleversé, il fit « oui » de la tête. Elle continua à sourire en disant :

       - Et maintenant que tu es toi aussi un masque blanc, tu ne me vois plus pareil, n’est-ce pas ?

       C’était vrai. Gaël n’éprouvait plus la fascination qu’il avait eue pour elle. Le visage de Lila, auquel adhérait parfaitement la seconde peau, était régulier, certes, mais il le trouvait désormais commun.

      - Les masques, reprit-elle plus gravement, sont mensonges et illusions. Ils ont un charme puissant qui fait voir celui qui le porte selon les rêves et désirs de celui qui regarde. C’est pour ça que je te plaisais et que je plais aux autres. Personne ne te résistera, mais sache bien que c’est le masque et non pas toi, qui les troublera. Et le masque est miroir de leur âme !

        Ce fut une nouvelle vie qui commença alors, une vie de fêtes et d’aventures amoureuses. Les plus belles de la ville basses lui tombaient dans les bras et il s’accordait avec ses compagnons secrets pour ne pas conquérir les mêmes femmes au même moment. De plus il attirait la sympathie de tous, on lui faisait crédit dans les tavernes. Lorsqu’il travaillait, ses patrons, confiants, lui laissaient toutes les responsabilités. A chaque nouveau succès, son masque semblait palpiter de plus de vie. Sans pouvoir l’expliquer, Gaël le sentait « heureux », comme un animal familier bien nourri et choyé. Il apprit bientôt que les émotions alimentaient les masques blancs, les faisaient croître en vie et en puissance.

        En trainant sur la place du marché aux herbes, entouré de ses amis, une femme à un bras et une cruche de vin à la main, il apercevait régulièrement les inconnus masqués d’or, sur les remparts qui dominaient. Quelquefois même il en voyait, vêtus de robes précieuses, traverser la ville basse en direction de la moyenne. Mais ceux-là, hautains, ignoraient les masques blancs. Ce fut encore Lila qui lui apprit qui ils étaient.

        - Ceux-là ont usé de leurs pouvoirs pour s’enrichir. Ils ont renoncé au charme physique pour celui de la richesse, et nourrissent leur masque d’or et de bijoux. Ainsi ils vivent dans la Ville Moyenne.

        Mais alors il devient plus exigeant, il lui en faut toujours davantage. A la fin, c’est l’homme qui sert le masque et plus l’inverse…

        La Ville Moyenne et ses palais de marbre, ses toits d’or et ses vitraux multicolores, où chaque rue, disait-on, était une œuvre d’art, avait toujours fait rêver Gaël. Mais seuls les plus riches notables de Carmina y avaient accès. Il avait peut être la possibilité de s’y installer, et cela valait bien certaines contraintes. Il y avait des Dames riches dans la Ville Basse, pas assez riches pour franchir les murailles vers le haut, mais suffisamment pour couvrir leur jeune amant de bagues d’or, de chevalières ornées de pierres précieuses. Et Gaël, le jeune amant, sentit son masque changer. Il devenait plus solide, son contact plus doux, entre la soie et le velours. Gaël s’aperçut aussi que ses bijoux semblaient fondre, se flétrir comme des fleurs qui se fanent et il devait s’en faire offrir de nouveaux par ses riches conquêtes. Au fur à mesure, le masque passait du blanc au jaune, puis se couvrait de paillettes d’or. Alors Gaël vit ses compagnons se détourner de lui, changer de conversation lorsqu’il arrivait. S’il n’éprouvait plus d’attirance pour Lila, ils étaient devenus des amis sincères. Elle brisa un jour le silence.

        - Ca y est, Gaël, tu es devenu un masque d’or. Tu n’as plus ta place ici, hélas ! La seule possibilité qu’il te reste si les regrets te prennent, ce sera de te débarrasser du masque, parce il ne pourra plus redevenir blanc. Il te faudra alors en acquérir un nouveau dans les marais… Maintenant vas-y, gagne la Ville Moyenne
…Que les dieux te protègent !

       Le lendemain, le cœur rempli de joie mêlée de chagrin, il franchit la porte majestueuse de la Ville Moyenne, ornée de statues de marbres, aux inclusions d’or et d’ivoire : vieillards glorieux, nymphes brandissant des lauriers et des cornes d’abondance. Les gardes le laissèrent passer, tout naturellement, après un regard rapide. Les rues n’étaient pas étroites et tortueuses, comme celles de la Ville Basse, mais larges et rectilignes, et dépassaient en splendeur ce qu’il avait imaginé. Pas une porte, pas une colonnette qui n’était une fine sculpture de matière précieuse. A coté des palais, des maisons à étages, s’ouvraient des boutiques d’orfèvres, des marchands de soieries et d’épices venues des pays lointains. Des plantes exotiques poussaient dans les jardins.

Trois hommes en robes grenat, couvertes de pierreries et au visage de métal jaune, se dressèrent sur sa route. Il devait se soumettre aux nouvelles règles de son état, lui exposèrent-ils. Puisqu’il allait bientôt devenir un commerçant ici, il devait adhérer à leur société secrète, et s’engager à s’entendre avec eux sur les prix, pour éviter d’être en concurrence.

- Finalement, dit-il en riant, les lois sont les mêmes qu’en bas ! Que ce soit en amour comme en argent, il faut veiller à ne pas se marcher sur les pieds !

Mais ceci ne dérida pas leurs faces sévères. Ils se contentèrent de lui indiquer leur lieu de réunion, puis le dirigèrent vers un usurier. Ce dernier, sous le charme du masque, lui accorda un prêt à un taux très bas, et bientôt Gaël fit l’acquisition d’un commerce de fourrures et de tissus rares. Ses clients, séduits d’emblée, acceptaient les prix qu’il fixait, presque sans marchander. Il prenait part aux fêtes, splendides, sans mesure avec ses anciens amusements. Le vin le plus fin coulait dans les coupes de cristal, sous les torches et les lumières colorées, au son de musiques inspirées par les dieux eux-mêmes. Mais si autrefois il avait été un séducteur cynique, il jouissait de l’affection, de la fraternité de ses camarades de la place du marché aux herbes. Cela lui manquait, parce que chez les masques dorés, les relations étaient courtoises, mais le sens des affaires prévalait. Une nuit, délaissant les réjouissances, il descendit jusqu’au rempart qui surmontait la Ville Basse. En bas, quelques masques blancs se répandaient en rires et en baisers…Il crut voir Lila parmi eux. Ce soir là, pour la première fois, il envisagea d’enlever son masque, de retourner dans les marais, et de recommencer à zéro…Des pensées l’envahirent, des images qui n’étaient pas de lui. Le masque avait perçu son intention et lui parlait. Il le suppliait de ne pas l’abandonner, lui promettait de nouvelles gloires, des plaisirs plus intenses. Il se resserrait sur son visage…

Une main se posa sur l’épaule du garçon. Une femme brune à la face dorée se tenait derrière lui. Elle était un peu plus âgée que lui, potelée avec de grand yeux verts, sa tête était ornée d’une couronne de roses de cristal enlacées de lauriers d’or.

- Tu as l’air nostalgique, jeune homme. Pourtant tu sembles avoir vite réussi à te faire une place parmi nous ! Je me présente, je me nomme Algora. Ma famille est parmi les plus grandes et anciennes de la Ville Moyenne, et depuis longtemps ses membres font partie de l’Ordre des Prêtres Alchimistes. J’en suis la dernière héritière et hélas l’Ordre n’accepte que des hommes dans son rang. Mais un jeune masque n’aurait pas de mal à s’y faire admettre, et s’il m’épousait, nous pourrions régner sur cette congrégation qui possède le secret de la transmutation des métaux…De l’or à volonté pour nourrir nos masques, imagine le degré de puissance qui s’ouvrirait à nous!

Voila comment se contractaient les mariages, dans la Ville Moyenne! Peu après avoir épousé Algora, Gaël fut ordonné prêtre alchimiste. Chaque jour, dans les sous-sols de leur temple, il participait aux opérations secrètes qui changeaient les vils minerais en or et en argent. Désormais, son masque ne se manifestait plus par des sensations vagues, il était devenu une personnalité à part entière qui coexistait avec lui. Il se réjouissait quand son propriétaire lui offrait de nouveaux trésors, ou montrait son impatience d’en acquérir de nouveaux. Et Gaël en venait à lui murmurer des mots : « Allons, attends un peu, ca va venir bientôt », ou bien « Tiens, régale toi, mon bon… » Et il se sentait envahi d’une douce chaleur en guise de remerciement. Son rayonnement atteignait des sommets ignorés : il était devenu, tout jeune encore, un des marchands les plus respectés. Avec Algora, à défaut d’amour, s’était établie une estime mutuelle qui lui rappelait presque ses amitiés de la Ville Basse.

Leurs affaires marchaient et ils espéraient avoir bientôt des enfants pour accroitre leur commerce. La seule ombre était d’étranges cauchemars certaines nuits, où il se réveillait debout, face à la fenêtre : Il avait marché pendant son sommeil.

Quelquefois il scrutait, au dessus de son palais, l’immense forteresse que constituait la Ville Haute, celle où régnaient le conseil des Archontes, mystérieux maitres de Carmina. Mais personne ne se montrait aux remparts, sauf des gardes bardés de fer.

- Y’a-t-il des masques aussi dans la Ville haute ? Demandait-il à son épouse

- Nul ne le sait. Les seuls contacts avec la Ville Haute sont les édits des Archontes, que nous portent leurs messagers.

Ils étaient dans leur chambre, un soir du mois des bourgeons, lorsqu’il transperça Algora d’un coup de poignard. Ce ne fut qu’après avoir trempé ses mains dans le sang pour en couvrir son masque qu’il réalisa ce qui venait de se passer.

- Ce n’est pas moi ! Pourquoi as-tu fait ça, Maudit ! Hurla-t-il devant son miroir, en voyant son masque devenu rouge

Et c’est par sa propre bouche que celui-ci lui répondit :

- Ne te lamentes pas, tu rêvais de plus, n’est-ce pas ?

Gaël se retrouva en train de marcher dans un long couloir éclairé de torches. Des soldats, en le croisant, le saluaient en portant leur poing sur leur épaule gauche. Son dernier souvenir était d’avoir porté les mains à son visage, avec l’intention d’arracher le masque, puis plus rien… Baissant les yeux il vit qu’il portait une cuirasse et une épée. Il sut alors qu’il était dans la Ville Haute. Le manteau écarlate des officiers couvrait ses épaules…. Depuis combien de temps? Comment l’avait-on prit pour un aristocrate, seuls autorisés à exercer cette fonction ? Il lui semblait que quelqu’un d’autre marchait à ses cotés, et même qu’il dirigeait la marche. Quelqu’un qui lui susurrait, insidieusement de le laisser diriger…Il le menait par des escaliers, des corridors, des salles ornées de blasons et d’étendards. Partout des hommes portant des lances et des glaives, des écuyers empressés. A tout moment Gaël s’attendait à voir surgir des masques, rouges comme le sien. Mais il ne voyait que des visages découverts. Etait-il le seul ? Il déboucha dans une chambre éclairée par un grand feu dans une cheminée. Une femme aux cheveux nattés, enveloppée dans une robe rouge, lui tendit une coupe :

- J’ai fait demander notre repas, mon cher époux…

Elle n’était pas masquée, elle non plus. Ne sachant que dire, il saisit la coupe. Il était donc à nouveau marié, mais n’en avait aucun souvenir. D’où venait cet éclat de rire ? Son épouse ne semblait pas l’entendre. Lorsqu’ils furent couchés, il se dit que, quitte à ne plus être maitre de son destin, il pouvait au moins goûter à ce corps féminin, étendu à ses cotés, mais elle le repoussa…

- Tu sais bien qu’on ne doit pas, la veille d’une bataille…

Une bataille ? Une fois de plus il eut l’impression que quelqu’un qu’il ne voyait pas se moquait de lui…

Un soldat vint le chercher avant l’aube. Dans une grande cour, une troupe de cavaliers armés l’attendait.

- Salut à toi, Commandeur Gaël !

Aucun d’eux n’était masqué. Ainsi donc, il était le seul de la Ville Haute? La troupe s’ébranla, traversa les Villes Moyennes et Basses, puis sortit de Carmina. Il réalisa qu’il savait monter à cheval, sans jamais l’avoir fait auparavant. Par moment il perdait conscience, puis se retrouvait toujours en selle, comme si son corps avait continué à agir sans lui.

La nuit commençait à devenir plus claire lorsqu’ils arrivèrent en vue d’une ville entourée de palissades. Le son de nombreux cors retentit. Alors il ne fut plus que spectateur. Il se vit galoper en levant son bouclier pour se protéger des nuées de flèches. Un bélier avait rapidement défoncé la porte de cette palissade rudimentaire et il y faisait irruption en hurlant. Des guerriers, moins bien armés, plus primitifs d’aspect, se précipitaient à sa rencontre. Et puis…Et puis il se vit faire des moulinets qui faisaient sauter les têtes et les membres de l’ennemi, il sentait sa lame pénétrer les entrailles, et quelqu’un d’autre dirigeait ses mouvements, quelqu’un d’autre criait des ordres à sa place…Horrifié, il se vit même massacrer des femmes, écraser des enfants sous ses bottes ferrées…Non, c’était un cauchemar ! Au milieu de la matinée, il n’y avait plus d’adversaire debout. Ses compagnons le félicitaient de cette victoire rapide, se réjouissant que cette riche région fût désormais possession de Carmina. Le sang le couvrait, des bottes jusqu’à ses cheveux qu’il poissait. Ce sang…A mesure qu’il provoquait la montée de la nausée en lui, il enivrait « L’autre », qui s’en nourrissait, en tirait une énergie toujours plus grande. Gaël sentit que c’était fini, sa conscience s’amenuisait, était aspirée, sucée…Il sombra dans le néant.

Le sixième jour du Mois des Grandes Chaleurs, l’être qui avait été Gaël fut intronisé au conseil des Archontes. Pour la première fois il pénétrait dans la salle des trônes, au sommet de la tour centrale de la Ville Haute. Il put s’asseoir sur un des sièges de pierre disposés en cercle où se décidait la conduite de Carmina. Il fut revêtu de la robe noire des Archontes, comme tous les membres du Conseil. Et comme lui, tous les autres membres portaient un masque rouge…Plus exactement, chacun d’eux avait été un humain dans lequel un masque s’était enraciné un jour. Et en chacun d’eux le masque s’était développé, se nourrissant de ses désirs et de ses ambitions, jusqu’à anéantir l’homme.

Le Conseil des Archontes, autorité suprême de Carmina, était composé uniquement de masques…